Le rendez-vous des Arpenteurs de Rêves et des Portes de l'Aventure, clubs de jeux de rôles, de figurines et de plateaux d'Haubourdin
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexionGalerie
ATTENTION CHANGEMENT D'ADRESSE!!! et de forum …Les Arpenteurs de Rêves se réunissent à l'arrière gauche de l'église Saint Maclou (à l'entrée de la Cour notre Dame), à Haubourdin, tous les vendredis de 21h00 à 02h00…

Partagez
 

 Savage Worlds - Débrief des partie

Aller en bas 
AuteurMessage
Tanyth
Arpenteur
Tanyth

Nombre de messages : 341
Localisation : Roubaix
Travail : compteuse
Loisirs : pas assez, hélas
Au club : Rôles & JdP
Jeux :

Date d'inscription : 04/05/2014

Savage Worlds - Débrief des partie Empty
MessageSujet: Savage Worlds - Débrief des partie   Savage Worlds - Débrief des partie Icon_minitimeJeu 12 Fév - 21:57

Voici (avec un peu, beaucoup, de retard) le résumé du scénario Le maitre des crotales. study

Donc, par une bel soirée de 193*, deux braves aventuriers, Steve Caine (Mordrid) et MacLane (Hazard qui n'a pas nommé son perso, donc je le fais), dînent au Club des Aventuriers (ça ne s'invente pas) de New York quand leur voisin, un respectable gentleman d'une cinquantaine d'années s'effondre après les avoir importuner par ses gesticulations désordonnés, son visage congestionné et ses râles étouffés.

Non, non, il ne s'agit pas d'une attaque cardiaque, encore moins d'une bouchée mal engagée. Après moultes tentatives inutiles de réanimation, manœuvre d’Heinlich, il semble que ce brave homme ait étémordu par un serpent à sonnettes. Hors point de trace de reptile, juste une belle morsure mais, mystère insoluble avec nos pauvres moyens scientifiques, la peau n'est même pas entamée.

N'écoutant que leur courage, nos deux preux chevaliers subtilisent les clés de l'appartement du défunt pour présenter leurs condoléances à la veuve. Comme il n'y a pas de veuve, ce qui n'est pas étonnant vu que le brave professeur Belling, anthropologue décédé de son état, ils décident de faciliter la succession en rangeant les lieux. Et c'est comme ça qu'ils découvrent que leur nouvel ami revient d'une expédition dans le désert mexicain où, avec quatre autres compagnons, ils ont découvert des ruines précolombiennes très prometteuses et qu'ils sont revenus pour trouver des gens pour financer leurs fouilles.

Ils vont ainsi à la rencontre de ces quatre personnes. La première habite New York, ça tombe bien. En plus d'après les photos c'est une jeune journaliste des plus accortes . Malheureusement une drôle d'odeur les accueille et après avoir convaincu la serrure de se laisser faire, ils découvrent que la fraiche jeune femme s'est transformé en buffet pour mouches durant son sommeil quelques nuits auparavant.

Le suivant habite Boston. Il les accueille aimablement chez lui. Sa femme leur prépare le café pendant que son jeune fils traque le fantôme. Tout se passe très bien malgré les petits bruits de crécelles qui résonnent de ci de là, jusqu'au moment ou le professeur Atkins pousse un cri de douleur en portant la main à son mollet. La prompte réaction de nos courageux enquêteurs lui sauvera (tout juste) la vie.

Pour trouver le troisième homme, ils se rendent ensuite à l'université où il enseigne. Après que la secrétaire du doyen soit tombé sous le charme ravageur de Caine, ils arrivent à localiser le professeur Simmons à l'autre bout du pays (et je vous rappelle que l’Amérique c'est grrrand). Un petit coup de fil (car l’Amérique est aussi grande que moderne) et le scientifique leur annonce qu'il se sait poursuivi par des serpent à sonnettes spectrales et qu'il envisage un déménagement définif à très court terme dans ce beau pays qu'est l'Irlande, loin, très loin du Mexique, tout en espérant que les crotales, même désincarnés ne sauront pas nager jusque là.

Quand au quatrième homme, il se trouve encore sur place. N'écoutant que leur curiosité (vous savez, celle qui tue le chat...), nos courageux aventuriers décident alors de monter une expédition au Mexique.

Et pour cela, toute aide (matériel, humain, spirituel,...) est requise. Donc si vous avez le goût des voyages et de l'archéologie, que vous appréciez les créatures à sang froid et à écailles, et si en plus vous avez des compétences, ou mieux, de l'argent à jeter par la fenêtre, n'hésitez plus! Visitez le Mexique!
Revenir en haut Aller en bas
Tanyth
Arpenteur
Tanyth

Nombre de messages : 341
Localisation : Roubaix
Travail : compteuse
Loisirs : pas assez, hélas
Au club : Rôles & JdP
Jeux :

Date d'inscription : 04/05/2014

Savage Worlds - Débrief des partie Empty
MessageSujet: Re: Savage Worlds - Débrief des partie   Savage Worlds - Débrief des partie Icon_minitimeVen 27 Fév - 16:20

[suite et fin de l'aventure]

Donc, après avoir fait financer l'expédition par le célèbre mécène Lilian Bettinshort et après que McLane se soit vu refuser son visa pour une sombre histoire toujours en cours, Steve Caine débarqua au Mexique en compagnie de son amoureuse la belle Elaine (histoire d'échapper au père de la belle et à son fusil de chasse).
Sur place, ils embauchèrent un guide en la personne de Pedro (alias Boo), à moitié indien ce qui peut toujours être utile. Le voyage fut passionnant: du sable, des rochers, des cactus, des scorpions et, bien sûr, des serpents.

Enfin, ils arrivèrent à san Diego, fier ('fin faut regarder trop près) bourgade (faut pas être trop difficile) méxicaine avec sa propre église (j'aurais plutôt dit chapelle, m'enfin bon) et sa Cantina dirigé par l'Alcade Pedro Madruga (qui lui, au moins n'a pas l'air d'un pouilleux comme les autres et en plus accepte de leur parler). les ressources du village sont, euh... les cactus et la tequila au serpent?
A l'écart se trouve l’hacienda  la cabane de Harold MacDougall, sa femme enceinte jusqu'aux yeux et ses six gosses. Quand au propriétaires, il est allongé, rapport avec une mauvaise rencontre avec un crotale. Mais au moins il est vivant et a l'esprit vif. Suffisamment pour essayer de leur refourguer un beau casse-tête en bois et obsidienne, parait-il arracher à un véritable indien de l'ancien temps qui aurait tenté de l’occire. Même qu'il a encore des bleus. Faut bien reconnaitre que l'objet, bien que neuf, fait vrai.

Après moults retards (problèmes de logement, de touristas, de mule qui boite, de mauvaise volonté et de mauvaise foi...), voila nos fiers aventuriers a bout de patience qui partent pour « los montes del diablo » sans MacDougal, que sa femme a assommé pour le garder près de lui ('fin, à ce qu'il semble).

Sur le chemin, ils croisèrent un cavalier qui leur annonça que 12 enfants avaient été enlevés dans les villages de la région. Pas effrayé pour un sou, nos fiers aventuriers continuent leur exploration (errance?) dans la montagne jusqu'à ce qu'ils trouvent enfin sur une terrasse dans une vallée plus encaissée que les autres (et encore plus infectée de serpents) le fameux cercle de pierres levées qu'ils n'avaient vu jusqu'à maintenant qu'en photo. C'est vrai qu'elles sont belles ces pierres. Anciennes, certaines sont cassées, d'autres tombées, mais, elles ne font quand même pas leur âge, et puis le site est bien entretenu et ça c'est surement pas les crotales, omniprésents, qui l'ont maintenu dans cet état.
En farfouillant un peu histoire de justifier leur venue et de se protéger du soleil, l'équipe se rend compte que les petites grottes juste à coté ne sont pas si petites que ça et qu'elles sont même tellement profondes que l'on peut traverser la montagne de part en part (en prenant garde à ne pas marcher sur la queue du serpent pour éviter qu'il ne hausse les épaules ( ok je sors  ).

Et voilà comment nos trois amis arrivèrent dans une nouvelle vallée, entièrement coupée du monde; Et là, surprise, se trouve une petite ville de type maya, pleines de petites maisons blanches comme celles des mexicains, mais entourant une superbe pyramide à degrés dans un état de conservation parfait. En fait, tout est en parfait état, les bâtiments, les jardins et même les nombreux champs aux alentours, comme si la ville était encore habitée. Et d'ailleurs, en s'avançant, les trois américanos les découvrent ces autochtones. En piteux états, morts, agonisants, les enfants restants sans même pleurer dans les bras de leur mère aux grands yeux ouverts couverts de mouches, les vieux tombés à même la chaussée, les survivants errants comme des fantômes entre les corps.

Elaine, qui n'est pas la fille d'un médecin pour rien, examine les malades et annonce, que la fièvre et les taches rouges indique clairement que c'est la rougeole qui est en train de les génocider. Elle ne peut malheureusement pas achever ses explications: un petit groupe de cinq guerriers lourdement armés, en tenue indienne typique avec les plumes et tout et tout les interpellent. S'ensuit des palabres dans un langage indien très approximatif (une veine que Pedro soit métis quand même...) et une invitation à rencontrer le chef, le vénérable Hueyhi, par chance pas encore malade. Quoi que, il a pas l'air très en forme quand même, tout le contraire de sa fille Cihuatl, d'ailleurs si Elaine n'avait pas été là, Steve se serait bien laisser tenter à une palpation en règle histoire de vérifier son état de santé.

Du coup, par esprit chevaleresque, nos trois explorateurs se transforment en médecins du CdC, transformation très approximative car avec seulement deux tubes d'aspirine y a pas vraiment moyen de sauver la ville. Mais n'écoutant que leur bon cœur, ils se mettent à l'ouvrage. Rien à voir avec la fille du chef ou avec les guerriers et leurs haches d'obsidienne et encore moins avec Tetl, un sorcier à plumes, pagne en  peaux de reptiles et sa garde rapprochée de crotales dressés. C'est lui le maitre des serpents « fantômes », et pour lui, pour en finir avec l'épidémie, y a qu'une chose à faire: un bon petit sacrifice humain comme au bon vieux temps. On prend 12 enfants, on leur ouvre la poitrine pour offrir leurs cœurs encore tout chaud et palpitant aux dieux, et hop, fini la malédiction de la fièvre rouge. Et si ça marche pas, ah ben y  qu'à faire de même avec les étrangers.
Steve, admiratif d'un tel esprit d'à-propos, lui offre un plat de sa confection. Et le lendemain, au moment de se lever pour aller joyeusement faire son office, ben, notre vaillant sorcier ne se sent plus si vaillant et en rougit de honte, à moins que ce soit de rougeole.
Le sorcier étant dans les choux, y a plus qu'à...

Et au bout de deux semaines, l'épidémie est enrayée. C'est beau les méthodes modernes. Bon, ok, les deux tiers de la ville sont six pieds sous terre, mais douze citoyens très prometteurs quoique encore très jeunes vont apporter un peu de sang neuf à tout ça.  Le chef Hueyhi est d'accord pour laisser repartir Pedro, Steve et Elaine, pour les remercier de l'avoir sauver, lui et d'autres. Par contre les enfants, ça finit toujours par parler et faut un peu repeupler la ville.

Tout finit bien, et nos trois aventuriers repartent confiant dans l'avenir avec la promesse de ne parler de tout ça à quiconque. Tetl leur offre avant de partir une promesse de surveillance et, en cas de parjure, de gnappage où qu'ils soient par le pouvoir de ses  serpent tous puissants.


Dernière édition par Tanyth le Ven 27 Fév - 20:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fianosther
Vieux Râleur en Chef
Vieux Râleur en Chef
Fianosther

Nombre de messages : 13428
Age : 55
Localisation : Tournai (B)
Loisirs : Tango Argentin & Steampunk Events
Au club : Rôles, Figus, JdP
Jeux : AMI, Talislanta, Bushido, Cat's, Praetoria Prima, Pavillon Noir, Dark Heresy, Dystopian Universe, IHMN, Strange Aeons, Ronin, Space Hulk, Abyss, Eclipse…
Date d'inscription : 20/12/2006

Savage Worlds - Débrief des partie Empty
MessageSujet: Re: Savage Worlds - Débrief des partie   Savage Worlds - Débrief des partie Icon_minitimeVen 27 Fév - 16:35

super mrgreen Belle histoire !

_________________
«Nous ne sommes pas des Dieux, mais des Anglais. Ce qui est presque aussi bien.»
Sgt Daniel Dravot (1870)


Savage Worlds - Débrief des partie Tadash11
Revenir en haut Aller en bas
Hazard
Karatéka Halfling
Karatéka Halfling
Hazard

Nombre de messages : 1340
Age : 49
Au club : Rôle & Figus
Date d'inscription : 08/12/2006

Savage Worlds - Débrief des partie Empty
MessageSujet: Re: Savage Worlds - Débrief des partie   Savage Worlds - Débrief des partie Icon_minitimeVen 27 Fév - 17:58

Oui, snif
Fichu visa

_________________
Il n'y a pas de mauvaise foi, il y a juste des ignorants
Hazard ? It's God's way of remaining anonymous (Einstein)
Revenir en haut Aller en bas
Tanyth
Arpenteur
Tanyth

Nombre de messages : 341
Localisation : Roubaix
Travail : compteuse
Loisirs : pas assez, hélas
Au club : Rôles & JdP
Jeux :

Date d'inscription : 04/05/2014

Savage Worlds - Débrief des partie Empty
MessageSujet: Re: Savage Worlds - Débrief des partie   Savage Worlds - Débrief des partie Icon_minitimeVen 27 Fév - 18:40

Hazard a écrit:

Fichu visa

Bah, tu pourras te rattraper. J'envisage une nouvelle expédition d'ici la fin du mois. Dans les Bermudes. Plus de serpent! Juste des cannibales, des pirates et quelques autres surprises.
En plus c'est des scénarios américains cette fois. C'est nettement plus pêchue.gun 3

Les recrutements sont ouverts. super mrgreen
Revenir en haut Aller en bas
Tanyth
Arpenteur
Tanyth

Nombre de messages : 341
Localisation : Roubaix
Travail : compteuse
Loisirs : pas assez, hélas
Au club : Rôles & JdP
Jeux :

Date d'inscription : 04/05/2014

Savage Worlds - Débrief des partie Empty
MessageSujet: Re: Savage Worlds - Débrief des partie   Savage Worlds - Débrief des partie Icon_minitimeVen 24 Avr - 16:53

Les pirates de l'air des Bermudes

Tout commence par un beau jour de 1936, entre Les Bermudes et Cuba, dans le triangle du diable, nos trois héros font tranquillement la liaison aérienne à bord du Vanina , un bel avion cargo appartenant à la compagnie du célèbre magnat Rutger Van Gulden, vers La Havane lorsque, soudain, la radio se met à crachoter et la boussole s’affole, cherchant dans tous les sens où se trouve le Nord soudain disparu. Très vite, le pilote se rend compte qu’ils ne sont plus seuls dans les airs, mais que trois chasseurs peints en noir et portant le Skull and Bones foncent vers eux.
Très vite les premières rafales de mitraillettes atteignent le cargo et le pilote a fort à faire pour éviter de se faire abattre. Le mécano court vers la caisse où se trouvent les deux canons prévus en cas de besoin. Il les installe et tire. Rien ! Les armes sont défectueuses, la culasse a été retirée (ou n’a jamais été montée, allez savoir…). Malgré les prouesses héroïques du pilote (qui prouve au passage que, si si, on peut faire des Immelmanns avec un avion cargo), la situation devient vite critique lorsqu’un moteur se retrouve avec plus de trous d’aération que prévu. Heureusement une ile est en vue. Alors cette, Vanina n’est pas un hydravion, mais notre pilote tente quand même l’amerrissage. On ne peut pas dire que ce soit un succès, mais il finit quand même par poser l’avion le nez dans le sable et la queue en l’air  et les ailes façon puzzle sur une superbe plage de sable fin.


Après avoir réveillé les étourdi, panser moult plaies, bosses et autres bobos, nos héros décident de rejoindre le bateau échoué qu’ils ont aperçu de l’autre coté de l’ile tout en laissant un petit souvenir à ceux, ils n’en doutent pas, qui viendront voir ce que l’avion transporte dans ses soutes. L’ile, est paradisiaque avec son sable fin, ses arbres chargés de fruits, ses buissons de fleurs et ses sculptures primitives de pierre et de bois. De bien belles œuvres d’art, si on aime les démons grimaçants, pour la plupart anciennes, mais pas toutes. C’est à se demander si cette ile est déserte ? Et bien non ! La confirmation est donnée lorsqu’un groupe de guerriers fondent sur les trois beaux rôtis sur pattes que la providence leur a servies.  Seulement le repas, il a de la ressource et ce sont les cannibales qui finissent en hachis. On admirera au passage l’habilité du mécanicien dans le maniement de la hache.
Enfin, nos trois compères arrivent au bateau. Ils s’y installent pour la nuit. Le lendemain, alors qu’ils réparent le rafiot, ils entendent des bruits de moteur : un bateau aborde l’ile là où se trouve Vanina. Survient une grosse explosion, et notre pilote et notre mécanicien s’interrompent pour faire une minute de silence à la mémoire de leur fier destrier, cette brave Vanina, tombé au champ d’honneur.

(fin de la 1ère séance)
Revenir en haut Aller en bas
Tanyth
Arpenteur
Tanyth

Nombre de messages : 341
Localisation : Roubaix
Travail : compteuse
Loisirs : pas assez, hélas
Au club : Rôles & JdP
Jeux :

Date d'inscription : 04/05/2014

Savage Worlds - Débrief des partie Empty
MessageSujet: Re: Savage Worlds - Débrief des partie   Savage Worlds - Débrief des partie Icon_minitimeVen 24 Avr - 16:55

(2ème partie)

Désormais tranquille, ils partent le jour suivant pour La Havane. Le voyage durera un peu plus d’une semaine. Ils seront accueillis avec surprise, car, jusqu’à présent, ils sont les premiers rescapés des mystérieuses disparitions d’avions de ces dernières semaines. Le médecin restera sur l’ile quelque temps car le voyage en mer ne lui a pas réussi. Le pilote et le mécanicien, eux, doivent retourner à Boston où, après cinq jours à se tourner les pouces, ils sont convoqués sur l’aéroport principal de leur employeur, Rutger Van Gulden, afin d’assister à une réunion. Un luxueux avion atterrit et c’est Van Gulden en personne qui en descend pour les rencontrer. Il est accompagné de son secrétaire, Mr Jacobs, son pilote personnel (et beau-frère) Dan Matthews, ainsi que son assistante, Mlle Emily Brown. Confortablement installé dans le bureau de direction de l’aéroport, devant un très bon whisky, le richissime homme d’affaire leur apprend que depuis quelque temps, des avions disparaissent, ce qui risque, tôt ou tard de le conduire à la ruine, les siens, mais aussi ceux de ses concurrents, ce qui est néfaste à l’économie américaine et nuit aux affaires. Comme ils sont les seuls témoins encore en vie aujourd’hui, que ce sont des hommes habiles et veinards, ils les chargent de mener l’enquête. D’ailleurs, il a déjà commencé et il serait souhaitable qu’il rencontre son indic : un criminel actuellement incarcéré dans une prison de très très haute sécurité. Un nouvel avion atterri à ce moment là, C’est son petit cadeau d’encouragement, un superbe aéroplane spécialement  conçut par son ami Howard Hughes, le M37, aussi appelé Stallion. Comment résister à une aussi belle offre ?

Nos amis sortent admirés leur nouvelle monture lorsque qu’une voiture fait son apparition et que 4 fâcheux commencent à les canarder. Par chance, l’armoire à fusils est juste à coté et le plomb se met à volait de tout coté. Les fâcheux, bien qu’abrité derrière leur voiture sont en fâcheuse posture. Plus encore quand une balle frappe le réservoir de leur véhicule. C’est dommage : la viande cuite au barbecue ne parle pas.

Direction le canyon de la mort. C’est là, à son extrémité que se trouve la prison : Hell’gate, et l’homme qu’il doivent rencontré, Jed Bullock, ancien pilote de chasse, condamné pour un « piratage de l’air » qui s’est terminé par le vol de l’or de Fort Knox accompli après avoir gazé les gardiens depuis les airs. Lorsque l’avion s’engage dans le canyon, avec l’ordre formel de dévier de son plan de vol sous peine de DCA, la radio et la boussole se détraque. Familier désormais du phénomène, nos héros repère tout de suite l’avion noir qui les poursuit afin de les abattre. Pas de fusils défectueux cette fois-ci. Notre mécanicien, décidément très chanceux, l’abat aussitôt en flamme.

Au bout du canyon, une piste d’atterrissage menant droit à un mur de roche. Celui s’ouvre durant les manœuvres d’approche, dévoilant un petit aéroport lourdement protégé et des constructions creusées à même le roc. Encadré par une lourde escorte, les nouveaux venus ; d’abord fouillé et délesté de tout ce qui peut servir d’arme, sont entrainés vers un ascenseur qui descend dans les profondeurs de la terre. Après avoir remonté un long couloir aux portes de métal, ils sont introduit dans une cellule où ce trouve un homme, Jed Bullock. Celui-ci les reçoit bien, heureux de voir du monde. Malheureusement étant à l’isolement depuis plusieurs années, il ne peut guère les aider. Juste leur conseiller d’aller à La Havane, d’y chercher Shanghai Harry au Blue Oyster Club et de lui dire que « La météo d’Honolulu est très plaisante à cette période ci de l’année », si tout ce passe bien Shanghai Harry leur répondra, non sans paranoïa que « Oui, et les danseuses sont adorable aussi ».
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Savage Worlds - Débrief des partie Empty
MessageSujet: Re: Savage Worlds - Débrief des partie   Savage Worlds - Débrief des partie Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Savage Worlds - Débrief des partie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Savage Worlds - Débrief des partie
» Partie 2278 ou le navire insubmersible !
» Partie 23 : Seulement les RPs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Forum des membres :: Jeux de rôles :: Idées de scénarios, règles, synopsis, aides de jeu, debriefing et anecdotes de jeu-
Sauter vers: